Prends ma place ! Prends mon handicap ! épisode 06 : Manon

« Prends ma place ! Prends mon handicap ! » est une série de podcasts et de portraits dont l’idée est née pendant la réalisation d’un atelier d’éducation au media. Nous avons glissé tous ensemble vers un espace d’écriture et de partage d’expérience de vie. Nous vous proposons chaque jour le portrait d’une personne du CFPERM de la Couronnerie. Tous ont écrit un texte qui parle d’eux, certains n’ont pas souhaité le lire, mais nous ont permis de le dire à leur place ou ont voulu se présenter sous forme d’interview.

Voici donc l’histoire de Manon :

« Bonjour, je me présente : je suis Manon.
J’ai 18 ans, et j’ai 3 handicaps : la vue, la surdité et les membres inférieurs et les membres supérieurs.
La première c’était la vue car je ne voyais pas très bien donc on m’a mis des lunettes vers l’âge de 5-6 ans.
La deuxième c’est la surdité. Petit mes parents m’appelaient mais je n’entendais pas, du coup ils m’ont emmené chez le médecin pour voir ce que j’avais : c’était un handicap auditif.
Le problème était aux deux oreilles. C’était un problème du nerf auditif qui ne fonctionne moins bien. C’est peut-être une otite qui m’a rendu plus faibles mes nerfs auditifs.
Alors on m’a mis des appareils auditifs. Vers 7 ans mes parents savaient que je n’entendais pas suffisamment de l’oreille droite car j’ai fait un bilan audiogramme, alors, l’appareil auditif a été retiré. A Tours, le spécialiste nous a expliqué qu’il fallait un implant cochléaire, et aussi comment ça allait marcher et comment allait se dérouler l’opération. On a accepté de faire l’opération. Avant, j’avais peur car je ne savais pas comment ça allait se passer. Quand je me suis réveillée tout allait bien mais j’ai eu du mal a récupéré : je suis souvent allez chez une orthophoniste pour apprendre à écouter les autres avec mon nouvel implant et aussi faire des réglages à Tours. Ensuite, je me suis demandé s’il existait un implant beaucoup plus léger car l’autre était vraiment beaucoup trop lourd et trop encombrant avec mes lunettes. Il a fallu que j’attende 5 ans pour avoir un nouvel implant.
Un peu plus tard, j’ai eu un problème d’électrodes sous la peau qui ne fonctionnaient pas, il a fallu une nouvelle opération pour en changer des nouveaux. Je me suis aperçue, à mon réveil, qu’on m’avait mis un bandeau sur la tête pour protéger ma cicatrise et qu’une infirmière venait tous les soirs pour me changer mon pansement jusqu’av ce que ça guérisse.

Mon dernier est handicap moteur : à l’école primaire, j’ai commencé à me sentir moins stable sur mes jambes et je ne pouvais plus tout faire comme : courir, sauter et marcher longtemps vers 9 ans. J’ai eu des chaussures orthopédiques vers 9 ans pour garder l’équilibre. Vers 14 ans, mes jambes ont eu du mal à bouger et à ce moment-là je ne pouvais plus fait les choses correctement comme courir.
Du coup, à Tours on m’a opérée pour allonger mon tendon du pied gauche car mon pied n’arrivait pas à angle droit. On a aussi pris un peu de chair pour pouvoir faire des analyses : j’ai eu un plâtre pendant 3 semaines.
Actuellement, ma marche n’est pas stable : j’ai besoin d’un déambulateur. J’en ai aussi besoin par rapport à mon dos qui avant n’était pas droit. La kiné a bien vu que j’avais beaucoup du mal du coup elle m’a prêté un déambulateur pour mieux marcher et ne pas m’appuyer contre les murs. Avec mes chaussures orthopédiques je marche mieux mais quand il fait chaud c’est embêtant d’être obligée de les garder, alors des fois je les enlève !!!
Maintenant que j’ai parlé de mes handicaps, je vais vous dire comme j’ai vécu ma scolarité :
Au collège, j’ai suivi les cours avec une AVS.
Je suis ensuite allé au lycée Saint Paul Bourdon Blanc à Orléans pour faire une seconde préprofessionnelle en option « administratif ». C’était moins facile car il y avait beaucoup de déplacements, de bruits et donc de fatigue pour moi. Alors, je suis allée dans un autre établissement pour personnes handicapées à Olivet qui s’appelle la Couronnerie. J’y suis depuis 10 mois.
Pour moi c’est mieux, c’est plus adapté ! Quand je suis arrivée à la Couronnerie j’ai vu que je n’étais pas la seule handicapée. Ça m’a fait bizarre de voir des jeunes en fauteuil. J’avais aussi du mal à comprendre les jeunes quand ils me parlaient : des fois, je leur demandais de répéter, et j’avais la sensation qu’ils en avaient marre au bout d’un moment, je pense que c’est parce qu’ils n’ont jamais parlé avec un malentendant. En fait, les professionnels m’ont expliqué que ce n’est pas vrai, et que je ne dois pas me faire des idées sur ce que pensent mes camarades.

J’ai choisi de vous parler des problèmes liés à la surdité.
Tout d’abord, je vais vous expliquer la différence entre un sourd et un malentendant :
Un sourd c’est quand on nait sourd et qu’on entend pas ou mal les sons. En général, le sourd utilise la langue des signes pour communiquer.
Un malentendant c’est des personnes qui entend mal, dont l’acuité auditives est diminuée.
Quand on est sourd ou malentendant, Il existe la possibilité de se faire mettre des implants.
Deux types d’implants sont proposés :
1. Un implant plus gros et qu’il fonctionne avec des piles.
2. Un implant qu’il fonctionne avec une batterie.
Il existe 3 implants :
3. Implant cochléaire
4. Implant d’oreille moyenne
5. Implant à ancrage osseux
6.
Quand on se sert d’un implant on utilise : une batterie à recharger et un boîtier comprenant un processeur vocal qui sera chargé de traiter les informations sonores transmises par le microphone.
Comment marche un implant ?
1. Il y a une partie de l’implant interne placé sous la peau derrière le pavillon de l’oreille.
2. La deuxième partie est un contour d’oreille aimanté muni d’un microphone et une antenne émettrice caché derrière mon oreille.
3. Le coté externe envoie les bruits dans mon oreille, puis l’implant les transforme en ondes magnétiques et les envoie à mon cerveau qui les retransforme en bruits.

Si on porte un implant ou des appareils il faut les enlever : la nuit et dans l’eau.
Un implant ça sert à mieux entendre les bruits qui nous entourent et qui nous aide à sentir les vibrations. Si on enlève les deux appareils on n’entend rien, c’est donc compliquer de communiquer car on a besoin de lire sur les lèvres des gens, ou bien utilisé la langue des signes.

Je vous remercie de m’avoir écouté…
Vous qui avez des oreilles qui écoute bien !!!

Manon »

 

Prise de son : Malorie GAGNEPAIN
Montage : Julien WEISS
réalisation : Julien WEISS, Yaël HAQUET, Sylvain LEHOUE, Malorie GAGNEPAIN
Production : Radio Campus Orléans
Photo : Julien WEISS
Musique du générique : SHD? – Séquoia